4 conseils pour réussir sa stratégie de Content Marketing

4 conseils pour réussir sa stratégie de Content Marketing

En Novembre dernier, j’ai eu l’heureuse surprise d’être contactée par Culture RP, le webzine de référence des Relations Presse, pour une interview sur mon activité. Au fil de la conversation, nous en sommes venus à parler de la transformation de la fonction RP par le web 2.0 et les média sociaux. C’est un sujet qui me tient à coeur puisqu’avec La Buzzette, je propose justement des prestations de communication 2.0 en complément aux prestations traditionnelles. Je crois que le web 2.0 est une vraie opportunité pour les RP et qu’une synergie puissante est en train de naître entre Relations Presse traditionnelles et Content Marketing.

 

Mais d’abord, qu’est ce que le Content Marketing ?

Le Content Marketing est une technique marketing qui vise à attirer l’attention du public sur sa marque, contrairement au marketing traditionnel « outbound », où l’on va chercher les prospects. En Content Marketing, hâlte donc aux pitchs commerciaux !

 

Quelle stratégie adopter en Content Marketing ?

  1. Tout d’abord, il convient de bien étudier sa cible afin de pouvoir lui proposer un contenu parfaitement adapté à ses attentes, sur le fond comme sur la forme.
  2. Cela a été dit et redit, mais c’est tellement important que je le répète. Il ne faut pas proposer du contenu pour du contenu, mais veiller à offrir à votre public du contenu original, de qualité et qui répond à ses problématiques.
  3. Quid des supports ? Choisissez les supports préférés de votre public (réseaux sociaux, blogs, livres blancs, infographies, études de cas, tuto, …).

Pour lire la suite de l’article sur Culture RP, c’est par ici !

 

Content Marketing : zéro complexe sur la taille !

Content Marketing : zéro complexe sur la taille !

Alors que je réfléchissais à une stratégie éditoriale pour mon blog, je me suis posé la question existentielle de la longueur de mes billets. Court ou long ? J’étais tiraillée entre l’envie de rédiger des articles faciles à lire pour mes lecteurs et l’envie de plaire à Google pour être bien référencée. Je me suis donc penchée sur la question.

En ce qui concerne la rédaction d’articles, j’ai découvert qu’il y avait deux écoles de blogueurs :

  • Ceux qui prônent les posts courts et qui vont droit au but, à l’image du gourou marketing et bloggeur Seth Godin, dont les posts excèdent rarement les 200 mots.
  • Ceux qui ne jurent que par les articles « long format », comme Olivier Ezraty, blogueur en stratégie d’innovation, qui n’hésite pas à publier des posts de 5000 mots, abondamment illustrés.

Et du coup, moi je fais quoi : du court ou du long ? Pour commencer, j’ai tenté de recenser les avantages que représentent chaque format.

Google l’aime long.

 

Le premier avantage évident du format long est un meilleur référencement et donc un accroissement de trafic gratuit pour notre site. Même si des centaines de facteurs influencent l’algorithme Google, ce dernier semble toujours favoriser les pages avec plus de contenu.

google-référencement-SEO-blogPreuve en est : la plupart des pages en première place dans les résultats Google ont plus de 2000 mots. Et il y a plusieurs raisons à cela; notamment parce qu’un contenu long rime souvent avec un contenu varié et donc un champ sémantique large. En somme, plus notre page contient du contenu, mieux elle sera référencée. Et plus nous avons d’articles en première page de résultats Google, plus nous générerons du trafic, et donc des conversions et du revenu.

Deuxième avantage : écrire des articles longs (et intéressants, cela va de soi) est bénéfique pour notre image. En effet, un article « long format » bien étoffé, qui traite son sujet en profondeur, est un excellent moyen d’asseoir son expertise et ainsi de travailler sa crédibilité.

Oui mais…

Le lecteur le préfère court.

 

Le référencement, c’est bien. Mais il faut garder en tête que nous écrivons pour nos lecteurs, et non pas pour Google.

article-blog-longueur-postLes internautes sont saturés d’info et nous n’avons que quelques secondes pour capter leur attention. Un article de 5000 mots pourrait bien les dissuader sur le champ. En fait, des études montrent que les internautes passent en moyenne 7 minutes à lire un article en ligne, ce qui correspond à un article d’environ 1000 mots. Au-delà, les lecteurs commencent à se fatiguer et sont moins susceptibles d’arriver jusqu’à la conclusion.

De plus, tous les sujets ne méritent pas d’être étirés en longueur. Il est inutile de gonfler nos articles avec du vent pour atteindre 2000 mots, puisque la qualité d’un contenu long ne se mesure pas au nombre de mots, mais à sa densité et à sa richesse en information. Dès lors, si nous pouvons faire passer notre message en 200 mots : faisons bien, faisons court !

Une solution consiste à présenter nos articles de façon plus visuelle (illustrations, graphes, listes à puces, etc). Ou à l’extrême, pourquoi ne expérimenter les « listicles » ? (articles sous forme de liste).

Bilan des opérations : devons-nous opter pour une longueur intermédiaire, entre 600 et 1500 mots ? Et bien je crois que non, pas forcément…

 

Finalement, la taille a peu d’importance...

 

J’ai réalisé que dans l’absolu, la longueur d’un article n’est pas un facteur déterminant de bon référencement ou d’attrait pour le lecteur. Avant d’opter pour un format ou un autre, posons-nous les bonnes questions :

  • Quel est mon message ?
  • Quel est l’objectif de mon article ?

Ainsi pour un article à visée commerciale, nous opterons pour un contenu concis, « straight to the point » : la conversion. Si notre objectif est de créer de la viralité, là aussi un post court et percutant me semble plus approprié. Notre but est plutôt de se positionner en référent sur notre secteur ? N’hésitons pas à rédiger un article plus long et à rentrer dans des détails plus techniques.

Et pour être à 100% sûr de son coup, on peut toujours se connecter à son compte Google Analytics et vérifier le temps que les internautes passent sur notre site/blog. Nous voilà alors à même de concocter à nos lecteurs des articles qu’ils auront plaisir à lire… jusqu’au bout !

 

Cet article fait 650 mots. L’avez-vous lu jusqu’au bout ? 😉
La Buzzette - buzz et nouveaux média

Scoop.it